Logo Sciences du sport

Informations sur les Sciences de l'Entraînement Sportif

Amélioration des paramètres cinématiques au développé couché grâce aux bandes élastiques

par A. Manolova | 4 Février 2014

bandes élastiques, élastique, bande, elastic, band, resistance, musculation, fitness, sport, performance, rugby, développé couché, bench press, force, vitesse, accélération, concentrique, phase, puissance

L'importance des variables cinétiques comme la force, la puissance ou la force explosive dans la performance sportive n'est plus à démontrer, et ce, quelle que soit le type d'activité pratiquée. Le développement de ces qualités physiques reposent sur des facteurs cinématiques comme la vitesse et l'accélération. Mais lors d'exercices tels que le squat ou le développé couché, il a été observé que le mouvement était involontairement décéléré sur les 40 derniers pourcents de la phase concentrique. Si l'athlète ne saute pas ou ne relâche pas la barre en fin d'extension, peu importe que son intention soit d'être explosif et/ou rapide, le système neuro-musculaire freinera le mouvement afin que le système articulaire ne subisse aucun dommage. Ainsi, pour contourner ce problème, il est possible de projeter la charge (ou de sauter dans le cas du squat). Mais pour être sécurisant pour l'athlète, ce type d'entraînement nécessite un matériel adapté.

Nous avions évoqué ce point dans notre dossier sur les bandes élastiques et la performance sportive. Bien qu'aucune étude ne se soit intéressée à l'impact des résistances variables (e.g., chaînes, bandes élastiques) sur ce phénomène, nous supposions que l'accélération compensatoire provoquée par l'ajout de bandes élastiques permerttrait peut-être d'outrepasser cet aspect protectif et ainsi de maximiser l'accélération lors de la phase concentrique...

Placement de la bande élastique lors d'un développé couché

Figure 1. Placement de la bande élastique lors d'un développé couché.

L'étude réalisée

Pour tenter d'apporter plus d'informations sur cette hypothèse, une équipe de chercheurs espagnols a étudié l'influence de l'ajout de bandes élastiques sur la vitesse et l'accélération de la phase concentrique lors d'un développé couché chez des sportifs professionnels et amateurs.

Pour cela, 16 hommes ont participé à l'étude. Parmi eux, 8 joueurs de rugby professionnels et 8 étudiants, tous sportifs et pratiquants de musculation. Le protocole de l'étude consistait en plusieurs étapes. Tout d'abord, les participants devaient évaluer leur 1RM au développé couché. Ensuite, chaque participant devrait réaliser sur deux journées différentes une série à l'échec à 85% du 1RM dans deux conditions différentes : avec charge libre uniquement et avec charge libre et résistance élastique.

La résistance élastique était environ égale à 20% des 85% du 1RM utilisés. Une bande élastique était fixée à la barre et passait sous le banc (Fig. 1) (voir une vidéo de démonstration).

Pour les besoins de l'étude, un encodeur dynamique (Globus Real Power) était fixé à la barre et permettait de mesurer la position en fonction du temps. Les chercheurs ont donc mesuré le nombre de répétitions maximales réalisées en une série à l'échec, la vitesse d'exécution et la part d'accélération de la phase concentrique.

Résultats & Analyses

Les principaux résultats de cette étude montrent que l'ajout de bandes élastiques en parallèle à une charge constante au développé couché augmente significativement la portion d'accélération et la vitesse maximale en phase concentrique (Fig. 2 et 3). C'est-à-dire que les participants ont pu accélérer la barre sur une plus grande partie de la phase concentrique, et que la barre était déplacée plus rapidement. La différence d'accélération est d'ailleurs plus marquée chez les rugbymen que chez les étudiants. De plus, le nombre de répétitions maximales réalisées était un peu supérieur dans la condition avec résistance élastique, sans être significatif.

Vitesse maximale lors de la phase concentrique d'un développé couché avec ou sans résistance élastique

Figure 3. Vitesse maximale...(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Amplitude maximale d'accélération lors de la phase concentrique d'un développé couché avec ou sans résistance élastique

Figure 2. Amplitude maximale d'accélération...(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Tous ces résultats peuvent s'expliquer par un changement de répartition de la résistance au cours de la phase concentrique (i.e., moins de résistance en début de phase concentrique et résistance maximale en fin d'extension des bras lorsque la bande élastique est tendue). Cela facilite le démarrage du mouvement et avec la résistance croissante (due aux bandes élastiques), il est possible d'accélérer la phase concentrique plus longtemps sans être "freiné" par un réflexe protectif. Enfin, la légère diminution de tension en début de phase concentrique peut peut-être expliquer la faible augmentation du nombre de répétitions. Mais une autre étude serait nécessaire pour confirmer cette hypothèse.

Enfin, il semble que les joueurs de rugby plus forts (1RM = 142.3 kg) et habitués au travail avec charges lourdes semblent mieux profiter de l'ajout de résistance élastique que le groupe d'étudiants (1RM = 78.3 kg). En effet, ils accélérent la charge sur une plus grande partie de la phase concentrique (Fig. 2).

Applications pratiques

Cette étude confirme que l'ajout de bandes élastiques à une charge constante permettrait d'augmenter la distance sur laquelle la charge est accélérée et d'augmenter sa vitesse maximale. La résistance élastique, avec sa tension croissante en fonction de l'étirement, permettrait donc de modifier la cinématique de l'exercice et pourrait être une bonne alternative aux exercices avec projection de charge (qui nécessitent souvent un équipement spécifique pour la sécurité des athlètes). Comme nous l'avions expliqué dans notre dossier sur la résistance élastique et dans certains articles (voir cet article), certaines études montrent des gains supérieurs de vitesse, de force et de puissance avec un entraînement combinant résistances constante et élastique. La modification cinématique est probablement l'un des paramètres qui engendrent ces adaptations neuro-musculaires.

Pour terminer, les auteurs de cette étude mentionnent la difficulté de régler précisément la résistance des bandes élastiques. En effet, la méthode employée dans cette étude laisse très peu de possibilités d'ajustement de l'étirement de la bande élastique : soit ils changent la bande en espérant tomber sur la tension voulue en fin d'étirement, soit ils créent des noeuds sur la bande pour la raccourcir un peu en fonction de la tension souhaitée. Nous préférons privilégier une approche plus précise et un peu plus complexe à mettre en place mais qui a le mérite de permettre de travailler dans de meilleures conditions et de s'adapter plus facilement aux morphologies des athlètes et à la hauteur des bancs. Vous pouvez retrouver toutes les explications dans cet article : Comment placer les bandes élastiques au développé couché et au squat

N'hésitez pas à poser toutes vos questions et à discuter de cet article sur notre forum.

Références

  1. Garcia-Lopez D, Hernandez-Sanchez S, Martin E, Marin PJ, Zarzosa F and Herrero AJ. Free-weight augmentation with elastic bands improves bench-press kinematics in professional rugby players. J Strength Cond Res, In Press.

Nous vous rappelons que vous pouvez citer les articles sous réserve de limiter votre citation à 200 mots maximum et d'inclure un lien nominatif vers celui-ci. Tout autre utilisation, en particulier la copie en totalité sur un forum de discussions, sur un site internet ou tout autre contenu, est strictement interdite.

Forum Sci-Sport - Venez discuter !