Logo Sciences du sport

Informations sur les Sciences de l'Entraînement Sportif

Analyse électromyographique lors d'un entraînement avec battling rope

par A. Manolova | 14 Avril 2015

EMG, électromyographie, analyse, sport, performance, cross-training, CrossFit, battling rope, corde ondulatoire, entraînement, séance, musculation, perte, masse grasse, muscles, abdominaux

La battling rope, ou corde ondulatoire, fait partie des nouveaux outils d'entraînement apparus il y a quelques années grâce à l'avènement du CrossFit qui a littéralement propulsé sur le devant de la scène médiatique le cross-training. Mesurant entre 9 et 15 mètres, la battling rope possède un diamètre de 30 à 50 mm. Elle est généralement attachée en son milieu, le pratiquant tenant une extrémité dans chaque main. Le principe est de créer des ondulations à la force de ses bras (Fig. 1). Différents exercices ciblant le haut du corps sont possibles, et sont généralement organisés en circuit par intervalle.

Quel est le niveau de sollicitation musculaire en battling rope ?

Figure 1. Quel est le niveau de sollicitation musculaire en battling rope ?

En comparaison à des exercices au poids de corps ou de musculation, le travail avec corde ondulatoire est relativement exigeant au niveau métabolique. En effet, dans un précédent article, nous avons présenté les résultats d'une étude qui montraient que 3 séries de 30s entraînaient les plus hautes dépense énergétique et consommation d'oxygène (voir notre article). Dans une autre étude, 10 minutes d'entraînement à la corde ondulatoire en 15s effort / 45s récupération, des chercheurs ont observé une consommation énergétique élevée, même si relativement faible en comparaison à la course à pied (voire notre article). La battling rope est donc un exercice principalement axé sur le haut du corps permettant un coût métabolique relativement élevé.

En plus de l'aspect énergétique, cet exercice nécessite un engagement musculaire important, car de nombreuses répétitions sont réalisées dans un laps de temps très court, ce qui implique des mouvements très rapides. De plus, ces mouvements peuvent être réalisés de manière bilatérale ou unilatérale. La sollicitation musculaire semble donc importante. Pourtant, à ce jour, et à notre connaissance, aucune étude ne s'est encore intéressée à l'activité musculaire lors d'un entraînement avec corde ondulatoire…

L'étude réalisée

Pour combler ce manque d'informations, une équipe de chercheurs espagnols et danois a enregistré et comparé les sollicitations de différents muscles du haut corps lors de deux exercices avec corde ondulatoire chez des étudiants.

Ainsi, pour ce protocole, 21 étudiants, tous pratiquants de musculation, ont réalisé deux exercices : un exercice bilatéral (i.e., double wave) et un exercice unilatéral (i.e., alternating wave). Pour chaque exercice, ils devaient réaliser 3 répétitions à un rythme imposé par métronome de 70 battements par minute. Durant tout le protocole, l'activité électromyographique des muscles deltoïdes antérieurs, obliques externes, érecteurs du rachis et gluteus moyens était enregistrée. La battling rope utilisée mesurait 15 mètre, pesait 14 kg et possédait un diamètre de 40 millimètres.

Résultats & Analyses

Les principaux résultats de cette étude montrent que l'exercice unilatéral avec battling rope permet un recrutement musculaire significativement supérieur des obliques externes, tandis que l'exercice bilatéral permet une sollicitation significativement supérieure des érecteurs du rachis. Il n'existe aucune différence entre les deux exercices au niveau des deltoïdes antérieurs et des gluteus moyens (Fig. 2).

Activité électromyographique durant des exercices bilatéral et unilatéral avec une corde ondulatoire

Figure 2. Activité électromyographique durant des exercices bilatéral et unilatéral avec une corde ondulatoire. *Différence significative (p < 0.05).

Certaines études scientifiques ont montré que les exercices unilatéraux permettaient une plus forte sollicitation électromyographique que les exercices réalisés de manière bilatérale. Cela serait du, notamment, à l'instabilité créée par le mouvement contralatéral et qui nécessite au corps de se stabiliser d'avantage. Dans le cas de la battling rope, les résultats sont identiques pour les obliques externes qui sont rotateurs et stabilisateurs du tronc. Ils exercent donc un plus grand contrôle postural lors des alternating waves. Inversement, les érecteurs du rachis sont plus activés lors des double waves. Dans ce mouvement, le buste est penché vers l'avant, et pour cela, il existe probablement un plus grand besoin de stabilisation et d'action dans le plan sagittal. La forte activation des deltoïdes antérieurs lors des deux exercices démontrent le rôle majeur de ce muscle dans la flexion de l'épaule. L'absence de différence significative entre la version bilatérale et unilatérale indique les exigences importantes de stabilité de l'épaule lors de ces mouvements. La sollicitation des gluteus moyens est faible car ils sont principalement stabilisateurs de la hanche lorsque l'appui est monopodal.

Applications pratiques

Cette étude est la première à s'intéresser aux sollicitations musculaires lors d'exercices avec battling rope. Les résultats montrent que parmi les muscles observés, les deltoïdes antérieurs, les obliques externes et les érecteurs du rachis sont fortement sollicités. De plus, il existe une différence significative entre un mouvement unilatéral et bilatéral au niveau du recrutement des obliques externes, plus sollicités lors des alternating waves, et au niveau des érecteurs rachis, plus sollicités lors des double waves.

Même si les données obtenues sont intéressantes, le fait de mesurer l'activité électromyographique sur seulement 3 répétitions à un rythme imposé ne représente pas la réalité d'un entraînement avec battling rope. En effet, les exercices sont généralement calibrés avec un temps d'effort et un temps de récupération, et l'objectif est d'aller le plus vite possible sur chaque période d'effort. A l'inverse, comme sur le terrain, la corde ondulatoire est généralement la même pour tout le monde. L'exécution peut alors sembler très difficile musculairement pour certaines personnes, et très facile pour d'autres. Il est donc nécessaire de relativiser les données présentées dans cet article.

N'hésitez pas à poser toutes vos questions et à discuter de cet article sur notre forum.

Références

  1. Calatayud J, Martin F, Colado JC, Benítez JC, Jakobsen MD and Andersen LL. Muscle activity during unilateral versus bilateral battle rope training. J Strength Cond Res Article in Press, 2015.

Nous vous rappelons que vous pouvez citer les articles sous réserve de limiter votre citation à 200 mots maximum et d'inclure un lien nominatif vers celui-ci. Tout autre utilisation, en particulier la copie en totalité sur un forum de discussions, sur un site internet ou tout autre contenu, est strictement interdite.

Forum Sci-Sport - Venez discuter !