Logo Sciences du sport

Informations sur les Sciences de l'Entraînement Sportif

L’impact de la température des paumes de main sur la fatigue musculaire

par P. Debraux | 4 Juin 2013

température, performance, muscle, fatigue, musculaire, sport, exercice, musculation, femme, froid, chaud, chaleur, paume, main, amélioration, ergogénique, théorie du gouverneur central, électromyographie, endurance

L'intérêt des techniques de cryothérapie sur la récupération et les processus anti-inflammatoires chez le sportif est de plus en plus reconnu. Vous pouvez d'ailleurs retrouver un de nos articles sur l'efficacité de l'immersion en eau froide sur la récupération. Cependant, de récentes études montrent que le froid pourrait également avoir des effets ergogéniques sur la force et l'endurance lors d'efforts musculaires brefs et intenses. En effet, il semblerait que l'application locale de froid sur des zones proches des muscles en activité puisse améliorer l'activité neuronale de ces derniers.

Mais si le froid semble bénéfique, les effets de la chaleur sur la performance en force et en endurance sont quant à eux bien moins connus. Dans la littérature scientifique, les différents protocoles utilisés ne permettent pas de dégager des tendances et les résultats sont partagés. De plus, les différences liées au sexe, c'est-à-dire comment les femmes et les hommes réagissent face à une exposition locale à une stimulus chaud ou froid, ne sont pas parfaitement connus. Plusieurs études montrent que les femmes ont généralement une plus grande résistance à la fatigue et une plus grande sensibilité aux températures et à la douleur. Mais aucune étude n'a montré si les femmes réagiraient mieux ou moins bien que les hommes, et quels seraient les effets sur la fatigue musculaire d'une exposition locale périphérique au chaud et au froid.

RTX Heating/Cooling Model, AVAcore

Figure 1. RTX Heating/Cooling Model, AVAcore... (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

L'étude réalisée

Pour répondre à ces interrogations, une équipe de chercheurs américains et australiens a testé chez des femmes pratiquantes de musculation un protocole où les paumes de main seraient chauffées ou refroidies entre des séries de développé couché jusqu'à l'échec musculaire. Le but de ce protocole est de savoir si l'application thermique périphérique permet de diminuer la fatigue musculaire. De plus, ces chercheurs voulaient comparer ces résultats avec ceux qu'ils ont obtenus dans une étude identique mais chez des hommes.

Pour ce protocole, 8 femmes ont participé. L'étude se répartissait sur 4 journées espacées d'au moins 3 jours. Durant la première journée, toutes les participantes ont évalué leur 1RM au développé couché. Et après 5 minutes de repos, elles ont réalisé une série jusqu'à l'échec musculaire à 85% du 1RM.

Lors des 3 autres journées, les 8 femmes ont réalisé de nouveau le protocole d'évaluation du 1RM suivi de 4 séries jusqu'à l'échec musculaire à 85% du 1RM. Selon la journée, et après la première série à l'échec, les femmes mettaient leurs mains dans un appareil hermétique qui permet de régler la température transmise sur les mains (RTX Heating/Cooling Model, AVAcore) (Figure 1). Au cours de ces 3 journées, et de manière aléatoire, 3 conditions ont été testées :

  • Chaud : Les paumes des deux mains étaient exposées à une température de 45°c.
  • Froid : Les paumes des deux mains étaient exposées à une température de 10°c.
  • Normal : Les paumes des deux mains étaient exposées à la température ambiante.

Entre chaque série à l'échec, les femmes disposaient de 3 minutes de repos durant lesquelles elles plaçaient leurs mains dans l'appareil pendant 2min30s en continu.

Volume total de travail lors de 4 séries à l'échec à 85% du 1RM en développé couché selon 3 conditions d'exposition thermique des paumes : Normal, Chaleur et Froid

Figure 2. Volume total de travail lors de 4 séries... (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Résultats & Analyses

Les principaux résultats de cette étude montrent que le refroidissement et le réchauffement des paumes de main chez des femmes a un impact sur la fatigue lors de plusieurs séries au développé couché. Après l'application du chaud ou du froid, les participantes ont réalisé significativement plus de répétitions que lors de la condition "Normal" (Figure 2), +14% avec la chaleur et +17% avec le froid.

Les auteurs émettent l'hypothèse que cet effet ergogène serait lié à la théorie du "gouverneur central" établie par le Professeur sud-africain Tim Noakes. Selon cette théorie, la fatigue serait une sensation émise par ce gouverneur pour protéger l'organisme alors même qu'il aurait les possibilités mécanique et énergétique de continuer l'effort. Ainsi, les chercheurs pensent que la modification thermique périphérique entre les séries serait perçue par le "gouverneur central", ce qui limiterait la perception de l'effort et permettrait de limiter l'inhibition des unités motrices. Et donc de réaliser plus de répétitions qu'en condition normale.

Ces résultats confirment ceux obtenus dans une étude identique mais chez des hommes. Le volume total était augmenté de 30% après l'application du froid. Cependant, la grande différence avec l'étude présentée ici est que chez les hommes, aucune amélioration n'était observée après l'application de la chaleur. L'hypothèse est que chez les femmes, la perception de la douleur, de la chaleur et de la fatigue est différente. Les femmes seraient plus sensibles car leur peau possède une densité en fibre nerveuse plus importante avec un plus grand nombre de récepteurs à la chaleur. Or, selon la théorie du "Gate Control", il est possible que les récepteurs à la chaleur permettent d'inhiber les informations de douleur liées à la fatigue. En fait, en envoyant plus d'informations liées à la température, les informations de douleur se trouveraient prises de vitesse et se feraient claquer la porte au nez...

Applications pratiques

C'est une étude très intéressante puisqu'elle démontre qu'un stimulus thermique appliqué au niveau des paumes de main suffit à retarder l'effet de fatigue lors d'efforts musculaires répétés. C'est un protocole qui peut être intéressant à mettre en place chez des athlètes qui rechercheraient un gain en endurance. De plus, pour des patients où la tolérance à l'exercice peut être plus faible en raison de leur état de santé, le refroidissement ou le réchauffement des paumes pourraient permettre de diminuer le niveau de fatigue et donc d'augmenter les gains en force et en masse musculaire.

Cependant, d'un point de vue pratique, l'appareil utilisé dans cette étude a un coût (~900 dollars), et il est fort peu probable que des sportifs amateurs utilisent ce type d'appareil. Néanmoins, cela pourrait convenir à des structures de haut-niveau ou à des clubs professionnels. Il reste à savoir si d'autres alternatives moins chères seraient tout aussi efficaces et plus accessibles financièrement. Enfin, il reste à examiner quels seront les gains au terme d'un cycle d'entraînement de 6 à 8 semaines en utilisant le froid ou le chaud.

N'hésitez pas à poser toutes vos questions et à discuter de cet article sur notre forum.

Références

  1. Kwon YS, Robergs RA, Mermier CA, Schneider SM and Gurney AB. Palm cooling and heating delays fatigue during resistance exercise in women. J Strength Cond Res DOI: 10.1519/JSC.0b013e31829cef4e.

Nous vous rappelons que vous pouvez citer les articles sous réserve de limiter votre citation à 200 mots maximum et d'inclure un lien nominatif vers celui-ci. Tout autre utilisation, en particulier la copie en totalité sur un forum de discussions, sur un site internet ou tout autre contenu, est strictement interdite.

Forum Sci-Sport - Venez discuter !