Logo Sciences du sport

Informations sur les Sciences de l'Entraînement Sportif

Le conflit fémoro-acétabulaire et ses effets sur le squat complet

par A. Manolova | 16 Février 2016

cam, came, FAI, conflit fémoro-acétabulaire, squat, fémur, hanche, bassin, pelvis, profondeur, complet, sport, limitations, anatomie, morphologie, mécanique, pathologie, arthrose, acétabulum, labrum, cotyle

Le conflit fémoro-acétabulaire (CFA) est une anomalie mécanique qui résulte de malformations ou d'excroissances osseuses au niveau de la tête fémorale et du col du fémur et/ou le long de l'acetabulum. Cette masse osseuse supplémentaire provoque un conflit entre les os de la hanche pouvant résulter à long-termes en une déchirure du labrum (ou cotyle) et une détérioration du cartilage conduisant à de l'arthrose. Il existe 2 types de CFA : le premier est dit de tenaille (pincer en anglais), où l'excroissance osseuse part du bord de l'acetabulum ; le second est dit de came (cam en anglais), et est caractérisée par une augmentation de la masse osseuse au niveau de la jonction entre le col du fémur et la tête fémorale, généralement sur la partie antéro-supérieure.

Ce conflit est une des causes reconnues de douleurs inguinales chez le sujet jeune et chez des personnes sportives qui ont besoin d'une grande mobilité des membres inférieures (e.g. , sports de combat). Le confit de type came est le plus commun chez les jeunes sportifs qui sont impliqués dans une activité où une amplitude de mouvement importante est nécessaire. Cela a pour conséquence d'exacerber le problème. Ces malformations anatomiques peuvent passer inaperçues jusqu'à ce que la personne explore les amplitudes de mouvement maximale au niveau de la hanche. C'est dans les amplitudes maximales en flexion, en rotation interne et en adduction de hanche que les dommages sont causés. Les douleurs apparaissent généralement à l'aine lors de ces mouvements maximaux. Lorsque les activités sportives entraînent une répétition de ces mouvements, la détérioration du cartilage commence.

Comme nous en discutons dans notre dossier sur le squat complet, il semble préférable de conseiller aux sportifs un travail en squat parallèle, voire complet. Le squat complet est en effet un pattern de mouvement qui se retrouve dans de nombreux gestes de la vie quotidienne. Pourtant, il n'est pas évident pour tout le monde de réaliser un squat complet, même sans charges additionnelles. Diverses raisons peuvent expliquer cela. Mais le conflit fémoro-acétabulaire de type came influencerait-il la profondeur du squat ? Et est-ce que ce conflit influence la mobilité du bassin et de la hanche lors du squat ?

L'étude réalisée

Pour répondre à ces questions, des chercheurs de l'université d'Ottawa, Canada, ont analysé le mouvement du bassin et de la hanche en 3 dimensions lors d'un squat complet chez des patients possédant un CFA de type came et chez des personnes saines. Pour cela, ils ont recruté 11 personnes sans CFA (5 femmes et 6 hommes) et 15 personnes avec un CFA de type came (6 femmes et 9 hommes). Tous les participants avaient pour consignes de réaliser un squat le plus profond possible, tout en ayant les bras tendus devant soi, les talons au contact du sol à tout moment, les pieds écartés de la largeur des épaules et à une vitesse auto-sélectionnée. Grâce à 7 caméras opto-électronique (Vicon), les chercheurs ont enregistré les angulations des hanches et du bassin lors du squat complet, et ce, dans les 3 dimensions.

Résultats & Analyses

Les principaux résultats de cette étude montrent que les personnes ayant un CFA de type came ont une amplitude de mouvement du bassin dans le plan sagittal significativement plus faible que les personnes saines (14.7 ± 8.4 ° vs. 24.2 ± 6.8°, respectivement) (Fig. 1). Par contre, les mesures n'ont pas démontré de différences de mouvements au niveau des hanches. Enfin, le groupe contrôle possède une profondeur de squat significativement plus grande que le groupe CFA (32.3 ± 6.8 vs. 41.5 ± 12.5 %, respectivement). De plus, les données statistiques semblent montrer que la profondeur de squat est indépendante du mouvement du bassin.

Mouvement moyen du bassin du groupe contrôle (ligne pleine) et du groupe avec Conflit Fémoro-Acétabulaire (CFA) (ligne pointillée) durant un squat complet. La différence entre les deux groupes 
				est significative (p = 0.005 )

Figure 1. Mouvement moyen du bassin du groupe contrôle (ligne pleine) et du groupe CFA (ligne pointillée) durant un squat complet. La différence entre les deux groupes est significative (p = 0.005 ).

La différence de mouvement du bassin la plus marquée a lieu lorsque le bassin est au maximum de sa rétroversion au point le plus bas du squat. Les études montrent que plus le bassin est en rétroversion et moins il y a rétroversion acétabulaire (ou fémorale). La rétroversion acétabulaire (ou fémorale) est généralement associée à un CFA de type came. La rétroversion du bassin oriente l'acétabulum de telle manière que cela minimise le contact entre le bord de l'acétabulum et le fémur proximal en diminuant la couverture fémorale antérieure. Le CFA de type came cause donc une diminution de l'amplitude de mouvement du bassin dans le plan sagittal en squat, ce qui prédispose la hanche à des contacts prématurés entre le fémur proximal et le bord acétabulaire.

La différence significative de profondeur au niveau du squat ne semble pas s'expliquer par la différence significative de mouvement sagittal du bassin (tout du moins, pas directement, selon les statistiques), ni par l'absence de différence au niveau des hanches. Les chercheurs n'ayant pas étudié les angulations au niveau des genoux, des chevilles et du tronc, il existe un grand nombre de facteurs qui influencent la profondeur du squat, et qui à leur tour peuvent être influencés par le CFA de type came... La réponse ne se trouve pas dans cette étude.

Applications pratiques

Le conflit fémoro-acétabulaire (CFA) de type came est causé par une diminution de l'antéversion fémorale. Cela réduit le dégagement du bord de l'acétabulum durant la flexion et la rotation interne de la hanche. Cependant, cette étude montre également que la mobilité du bassin pourrait être aussi partiellement responsable pour le contact anormal entre l'acetabulum antéro-supérieur et le fémur proximal. Le squat complet qui est un pattern de mouvement commun à de nombreuses activités quotidiennes pourrait servir également parmi les différents outils existants pour diagnostiquer un CFA.

Le CFA peut être asymptomatique chez certaines personnes (8-12%). De plus, de nombreuses personnes ne s'apercevront de l'existence d'un tel conflit que lors de mouvements des hanches répétés à des amplitudes de mouvements maximales. En sport, les débats autour du squat complet sont nombreux. Il est possible de ne pas pouvoir l'exécuter simplement par un manque de mobilité au niveau des différentes articulations des membres inférieurs ou par un manque de souplesse, ce sur quoi une personne motivée pourra travailler. Néanmoins, le CFA est rarement évoqué, mais il fait partie des causes possibles, et aucune des techniques de mobilité existantes ne pourraient le faire disparaitre. La seule solution étant l'arrêt complet des mouvements douloureux et/ou une opération chirurgicale. A l'apparition de douleur à l'aine lors de flexion, d'adduction et de rotation interne de hanche, il peut être utile de consulter un professionnel médical pour infirmer ou confirmer la possibilité d'un conflit fémoro-acétabulaire.

N'hésitez pas à poser toutes vos questions et à discuter de cet article sur notre forum.

Références

  1. Lamontagne M, Kennedy MJ and Beaulé PE. The effect of cam FAI on hip and pelvic motion during maximum squat. Clin Orthop Relat Res 467 : 645-650, 2009.

Nous vous rappelons que vous pouvez citer les articles sous réserve de limiter votre citation à 200 mots maximum et d'inclure un lien nominatif vers celui-ci. Tout autre utilisation, en particulier la copie en totalité sur un forum de discussions, sur un site internet ou tout autre contenu, est strictement interdite.

Forum Sci-Sport - Venez discuter !