Logo Sciences du sport

Informations sur les Sciences de l'Entraînement Sportif

Prévention des blessures à l'aine : sollicitation musculaire des adducteurs de la hanche

par P. Debraux | 16 Avril 2013

pubalgie, hanche, adducteurs, long adducteur, grand adducteur, court adducteur, pectiné, gracile, élastique, bande élastique, blessure, football, sport, performance, rééducation, prévention

Dans de nombreux sports collectifs, et plus particulièrement dans le football, les blessures au niveau des membres inférieurs sont très courantes. Elles peuvent être d'origine ligamentaire ou musculaire, les deux étant souvent fortement liées l'une à l'autre (voir nos articles Ligament croisé antérieur : Prophylaxie et rééducation et Importance du choix des exercices pour la rééducation du genou). Les blessures au niveau de l'aine sont parmi les plus fréquentes en football, de l'ordre de 8 à 18% des blessures totales. Et 69% des blessures à l'aine impliquent les adducteurs de la hanche.

Les adducteurs de la hanche sont au nombre de cinq : Le long adducteur, le court adducteur, le grand adducteur (composé des faisceaux supérieur, moyen et inférieur), le pectiné et le gracile (Fig. 1). Ils s'insèrent tous sur l'os coxal et se terminent sur la face postérieur du fémur. Ils permettent ainsi l'adduction de la hanche (vori le chapitre 1 du cours de biomécanique du sport pour la définition d'Abduction / Adduction) et la rotation externe du fémur.

Le muscle long adducteur

Figure 2. Le muscle long adducteur...(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Les muscles adducteurs de la hanche : long adducteur, court adducteur, grand adducteur, pectiné et gracile

Figure 1. Les muscles adducteurs de la hanche...(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Des études ont montré qu'un déficit de force des adducteurs était un facteur de risques à la survenue d'une blessure à l'aine. En complément de cela, d'autres études ont montré que le renforcement musculaire des adducteurs de la hanche permettait de traiter efficacement les blessures récurrentes à l'aine. Cependant trop peu d'études ont mentionné l'intensité à laquelle les exercices étaient réalisés. Il semble alors important de connaître à quelle intensité les adducteurs sont sollicités lors d'exercices communs visant à les renforcer. Ces données pourraient permettre de choisir les meilleurs exercices en fonction des capacités d'un sportif en réathlétisation, par exemple.

L'étude réalisée

Pour tenter d'apporter des réponses à ces questions, des chercheurs danois de l'université de Copenhague ont choisi d'examiner l'activité musculaire d'un adducteur de la hanche durant 8 exercices. L'objectif était de savoir quels exercices solliciteraient le mieux les adducteurs de la hanche et de les ordonner en fonction de ce critère.

Pour cela, 40 footballeurs danois de haut-niveau (i.e., Division 1, Division 2 et Under-19 League) ont participé à cette étude. Aucun de ces footballeurs n'avaient de problèmes ou de symptômes au niveau des adducteurs. Pour chaque exercice, l'activité électromyographique (EMG) du muscle long adducteur (Fig. 2) était enregistrée. Chaque athlète a participé à deux séances : la première permettait de se familiariser avec les différents exercices, et la seconde a permis de tester la force de contraction volontaire isométrique maximale afin d'établir un point de repère et enfin de tester chaque exercice. Les exercices dynamiques ont été réalisés avec 3s de contraction concentrique et 3s de contraction excentrique. Pour les exercices isométriques, la contraction maximale était de 6s.

Adduction isométrique avec un ballon entre les chevilles

Figure 3. Adduction isométrique avec un ballon entre les chevilles.

Adduction isométrique avec un ballon entre les genoux

Figure 4. Adduction isométrique avec un ballon entre les genoux.

Abduction/Adduction par glissement

Figure 5. Abduction/Adduction par glissement.

Adduction avec bande élastique

Figure 6. Adduction avec bande élastique.

Adduction couché sur le côté

Figure 7. Adduction couché sur le côté.

Adduction assis à la machine

Figure 8. Adduction assis à la machine.

Adduction de Copenhagen

Figure 9. Adduction de Copenhagen.

Figure 10. Adduction bilatérale couché.

Les exercices testés étaient les suivants :

  1. Adduction isométrique avec un ballon entre les chevilles : Allongé sur le dos, le ballon entre les chevilles, le footballeur doit presser le ballon le plus fort possible (Fig. 3).
  2. Adduction isométrique avec un ballon entre les genoux : Allongé sur le dos, les jambes repliées, le ballon entre les genoux, le footballeur doit presser le ballon le plus fort possible (Fig. 4).
  3. Abduction/Adduction par glissement : La jambe dominante est en appui sur une serviette et réalise des adductions et des abductions (Fig. 5).
  4. Adduction avec bande élastique : Une bande élastique est attachée à la jambe dominante placée en abduction, l'athlète doit réaliser une adduction (Fig. 6). La résistance équivaut à 10RM.
  5. Adduction couché sur le côté : Couché sur le côté, la jambe dominante tendue doit effectuer une adduction (Fig. 7).
  6. Adduction assis à la machine : Assis sur une machine, les jambes légèrement fléchies, l'athlète réalise des adductions (Fig. 8). La résistance équivaut à 10RM.
  7. Adduction de Copenhague : Un partenaire maintient la jambe dominante, l'objectif de cet exercice est d'aligner le corps en réalisant une adduction des hanches (Fig. 9).
  8. Adduction bilatérale couché : Cet exercice de faible intensité consiste à fléchir la hanche de 90° et les genoux de 45° et de réaliser des adductions (Fig. 10).

Résultats & Analyses

Les principaux résultats de cette étude montre que les exercices qui sollicitent le plus le muscle long adducteur sont : l'adduction isométrique avec un ballon entre les genoux (Fig. 4), l'adduction de Copenhague (Fig. 9) et l'adduction avec bande élastique (Fig. 6). Il n'existe pas de différence entre ces 3 exercices. Par contre ces 3 exercices sollicitent significativement plus le muscle long adducteur que les 3 exercices suivants : Adduction isométrique avec un ballon entre les chevilles (Fig. 3), Adduction couché sur le côté (Fig. 7) et Adduction bilatérale couché (Fig. 10). La liste des exercices par ordre d'activation de muscle long adducteur est présentée dans la Table 1. Il n'existe pas de différence significative entre les 5 premiers exercices.

Table 1. Mesures EMG pour le muscle long adducteur en fonction des différents exercices testés.
Exercice Jambe dominante jambe non-dominante
Les valeurs sont exprimées en pourcentage de la force maximale de contraction isométrique volontaire.
Adduction isométrique avec un ballon entre les genoux 108 102
Adduction de Copenhague 108 69
Adduction avec bande élastique 103 70
Adduction assis à la machine 99 95
Abduction/Adduction par glissement 98 89
Adduction isométrique avec un ballon entre les chevilles 86 80
Adduction couché sur le côté 64 17
Adduction bilatérale couché 14 15

Les 5 premiers exercices de cette liste sont exécutés dans différentes positions avec différents équipements (e.g., bande élastique, ballon, machine, ou rien) et montrent une sollicitation EMG supérieure à 60%, qui est considéré comme le seuil minimal d'activation musculaire pour obtenir des gains de force. Ainsi les professionnels de terrain pourront inclure en fonction des joueurs, du lieu et du matériel à disposition un ou plusieurs de ces exercices pour renforcer les adducteurs de la hanche et ainsi tenter de prévenir les pubalgies. Cependant, le football étant un sport dynamique nécessitant des efforts brefs et intenses lors des déplacements ou des tirs, le choix d'exercices dynamiques, comprenant une phase excentrique et concentrique pourrait s'avérer meilleur pour prévenir des blessures de l'aine. De plus, les exercices d'adduction à la machine et avec bande élastique permettent de varier les résistances et donc de mieux s'adapter à l'état physique de l'athlète.

Applications pratiques

L'intérêt principal de cette étude réside dans la quantification de l'intensité d'exercices typiquement utilisés pour renforcer musculairement les adducteurs. Ainsi, il est possible de les classer par ordre d'intensité, ce qui pourrait permettre aux entraîneurs et aux préparateurs physiques d'adapter les exercices en fonction du niveau de leurs athlètes et de leur état de forme et de santé. La plupart de ces exercices ne nécessitent que très peu de matériels et peuvent donc être réalisés n'importe où. Et l'utilisation de bandes élastiques permettra de varier l'intensité de l'exercice même à l'extérieur d'une salle de musculation.

Il est toutefois important de garder à l'esprit que le travail des groupes musculaires doit être réalisé de manière à réduire les déficits de force entre agonistes et antagonistes. Ainsi cette étude fournit des informations intéressantes mais qui devront être complétées à l'avenir pour permettre une meilleure compréhension des origines des blessures et donc une meilleure prise en charge.

N'hésitez pas à poser toutes vos questions et à discuter de cet article sur notre forum.

Références

  1. Serner A, Jakobsen MD, Andersen LL, Hölmich P, Sundstrup E and Thorborg K. EMG evaluation of hip adduction exercises for soccer players : implications for exercise selection in prevention and treatment of groin injuries. Br J Sports Med doi:10.1136/bjsports-2012-091746

Nous vous rappelons que vous pouvez citer les articles sous réserve de limiter votre citation à 200 mots maximum et d'inclure un lien nominatif vers celui-ci. Tout autre utilisation, en particulier la copie en totalité sur un forum de discussions, sur un site internet ou tout autre contenu, est strictement interdite.

Forum Sci-Sport - Venez discuter !