Logo Sciences du sport

Logo Sciences du sport

EN | FR

Informations sur les Sciences de l'Entraînement Sportif

Activité physique chez l'enfant : quels bénéfices ?

par P. Debraux | 14 Février 2018

enfants, jeux, sports, santé, densité minérale osseuse, masse sèche, muscle, impact, enfance, jeune

Dans les pays industrialisés, la sédentarisation est croissante, le temps passé devant un écran ne cesse d'augmenter et le temps consacré à pratique une activité physique, lui, ne cesse de diminuer, en ajoutant à tout cela, une alimentation déséquilibrée en termes de qualité et de quantité. Ces constats touchent également les enfants chez qui différentes études constatent une baisse de la condition physique en comparaison aux précédentes générations.

Pour contrer cela, la pratique régulière d'une activité physique d'intensité modérée à intense est souvent conseillée. Parmi ses nombreux bénéfices physiologiques et psychologiques, il faut prendre en compte son impact sur la densité et la masse minérale osseuse. En effet, une faible force osseuse durant l'enfance est liée à un risque accru de fractures plus tard au cours de la vie. Or, lors de la pré-puberté, l'activité physique chez l'enfant permet une plus grande accumulation osseuse et une amélioration du pic de masse osseuse lors de la trentaine. Toutefois, l'ostéogénèse (la construction du tissu minéral osseux) varie en fonction du type d'activité pratiquée, de l'amplitude des charges, de la fréquence de ces charges, de la répétitivité, etc. Par exemple, des études ont montré que des enfants pratiquant du football en club possédait une santé osseuse supérieure à ceux ne pratiquant pas de sport en club ou à ceux pratiquant un sport avec moins d'impacts sur le squelette (cyclisme et natation). Cela étant dit, il faut garder à l'esprit qu'il n'est jamais trop tard pour améliorer sa santé osseuse via l'activité physique (voir notre article sur le sujet).

L'école est ainsi une plateforme favorable pour promouvoir l'activité physique puisqu'elle permet de toucher tous les enfants, et régulièrement. Certaines études ont d'ailleurs montré que l'activité physique à l'école avait un impact positif sur la densité et la masse minérale osseuse, alors que d'autres non, les résultats étant conditionnés aux protocoles mis en place. Qu'en est-il vraiment ?

L'étude réalisée

Pour répondre à cette question, dans le cadre d'une étude de grande envergure impliquant plus de 400 enfants (Frequent Intense Training – Football, Interval Running and Strength Training, "FIT FIRST"), une équipe de chercheurs danois a étudié l'impact de deux protocoles d'entraînement différents chez des enfants de 8 à 10 ans. Ainsi, durant 10 mois, 295 enfants de 8 à 10 ans, filles et garçons ont été répartis en 3 groupes : Small-Sided Game (SSG) (n = 96), Circuit Training (CT) (n = 83) et Contrôle (n = 116).

Pour les deux groupes sportifs, les enfants réalisaient, à l'école, 3 séances de 40 minutes par semaine. Le groupe SSG jouait au football, au basketball, au floorball ou à d'autres sports en petites équipes, généralement 3 contre 3 (et plus rarement, 4 contre 4) sur une surface de jeu également réduite. Quant au groupe CT, les enfants réalisaient des exercices variés comprenant 6-10 exercices pour le haut et le bas du corps, en force et en pliométrie, ainsi que du gainage. Les efforts étaient maximaux durant 30 secondes avec 45 secondes de repos. Dans les deux groupes, chaque enfant portait un brassard contenant un GPS et un accéléromètre pour quantifier l'intensité des séances.

Pour évaluer l'impact de ces différents protocoles, les chercheurs ont réalisé des tests avant et après les 10 mois du protocole où ils ont évalué :

  • Les différents paramètres anthropométriques : masse, taille et maturité sexuelle (échelle de Tanner)
  • La densité et la masse minérales osseuse du corps entier et de la jambe, et la masse maigre via DEXA
  • L'équilibre postural avec le test d'équilibre du flamand rose
  • Le saut en longueur
  • Le sprint sur 20 mètres
  • La coordination motrice

Résultats & Analyses

Les principaux résultats de cette étude montrent qu'une activité physique intense, régulière et supervisée pendant 10 mois permet d'améliorer significativement la minéralisation osseuse, la performance en saut en longueur et l'équilibre postural (Fig 1 et Table 1). Aucun autre paramètre n'a été amélioré entre les trois groupes.

Les résultats des mesures de la densité et de la masse minérales osseuses montrent que le groupe SSG a gagné significativement plus de densité minérale osseuse au niveau de la jambe que les deux autres groupes (Fig. 1). Les membres inférieurs semblent donc plus impliqués, avec plus d'intensité dans les jeux collectifs réduits que lors des circuit training. De plus, la prise en compte de la maturité sexuelle des enfants grâce à l'échelle de Tanner permet de voir que les changements observés pour le groupe SSG sont dus à l'activité physique et non à la croissance. Pour le groupe CT, c'est moins clair car beaucoup de filles de ce groupe sont passées du stade 2 au stade 3 sur l'échelle de Tanner. Une partie des résultats observés pourraient donc être attribuables à la croissance. Enfin, il est important de noter que les résultats obtenus dans le groupe SSG étaient plus homogènes entre les différentes écoles dont étaient issues les enfants en comparaison au groupe CT.

Figure 1. Mesures de la densité et de la masse minérales osseuses du corps entier et de la jambe pour les 3 groupes. *Différence significative en comparaison au groupe Contrôle. #Différence significative en comparaison au groupe CT.

Applications pratiques

L'ostéoporose est un phénomène qui peut apparaître avec l'âge et le manque d'activité physique. Elle est associée à une augmentation de la mortalité à cause des fractures et des complications qu'elles peuvent entraîner. Il est donc important de prévoir cela le plus tôt possible et le moment optimal pour augmenter la masse osseuse survient lors de la pré-puberté et de la puberté. Cette étude montre l'impact positif sur la santé osseuse chez des enfants de 8 à 10 ans d'une activité physique régulière et intense sous la forme de jeux collectifs réduits et de circuit training, à l'école. Avec toutefois un léger avantage pour les jeux collectifs réduits.

Références

  1. Larsen MN, Nielsen CM, Helge EW, Madsen M, Manniche V, Hansen L, Hansen PR, Bangsbo J and Krustrup P. Positive effects on bone mineralisation and muscular fitness after 10 months of intense school-based physical training for children aged 8-10 years : the FIT FIRST randomised controlled trial. Br J Sports Med 52 : 254-260, 2018.

Nous vous rappelons que vous pouvez citer les articles sous réserve de limiter votre citation à 200 mots maximum et d'inclure un lien nominatif vers celui-ci. Tout autre utilisation, en particulier la copie en totalité sur un forum de discussions, sur un site internet ou tout autre contenu, est strictement interdite.

Nous Suivre

Facebook

Instagram

Twitter

RSS

Google+

Newsletter

Youtube