Logo Sciences du sport

Informations sur les Sciences de l'Entraînement Sportif

Amélioration de la vitesse en hockey sur glace grâce au travail avec résistance élastique

par P. Debraux | 12 Février 2013

hockey sur glace, ice, hockey, vitesse, bande élastique, bandes élastiques, élastique, sprint 3m, sport, performance, résistance, accélération, entraînement, déplacement, glace, glisse, patinoire

Le hockey sur glace est un sport qui nécessite des efforts brefs et intenses, répétés tout au long d'un match. Certaines études avancent que la part de la filière anaérobie serait d'environ 70%. De plus, au niveau des qualités physiques des joueurs, la force et la puissance musculaire des membres inférieurs sont des paramètres clés dans la performance sur le terrain. Les entraînements sont donc souvent orientés vers le développement des qualités d'explosivité et d'agilité, à la fois en salle de musculation mais également sur la glace.

De nombreuses études scientifiques ont démontré l'intérêt de réaliser des sprints avec résistance lorsque l'objectif est d'améliorer l'accélération et la vitesse sur des distances plus ou moins courtes (voir un de nos articles sur ce sujet). Cependant, la plupart de ces études n'ont pas été réalisées sur glace, et le manque de spécificité (e.g., cinématique différente) pourrait nuire au transfert des gains acquis. Dans ces conditions, quel serait l'impact de sprints réalisés avec résistance sur glace sur la performance de vitesse en hockey ?

L'étude réalisée

Pour répondre à cette question, une équipe de chercheurs américains de l'université de Wisconsin-Eau Claire a testé durant 4 semaines, avec de jeunes hockeyeurs, un protocole d'entraînement de déplacements avec résistance élastique sur glace. L'objectif était de déterminer l'impact d'un tel stimulus sur la performance en vitesse déplacement.

Tests de sprints réalisés sur la glace pour mesurer la capacité d'accélération (sur 6.1m), de vitesse (sur 44.8m) et de vitesse maximale (sur 15.2m)

Figure 1. Tests de sprints réalisés sur la glace pour... (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Pour cette étude, 20 jeunes hockeyeurs, âgés entre 11 et 14 ans, ont été recrutés. Ils ont été répartis en deux groupes : un groupe Contrôle (n = 11) et un groupe "Élastique" (n = 9). Avant et après les 4 semaines du protocole, tous ces athlètes ont participé à une série de tests en tenue de hockey avec crosse en main :

  • Accélération : Sprint en ligne droite sur 6.1 m avec départ arrêté (Fig. 1).
  • Vitesse :Sprint en ligne droite sur 44.8m avec départ arrêté (Fig. 1).
  • Vitesse maximale : Le hockeyeur s'élançait du côté opposé de la patinoire pour atteindre sa vitesse maximale sur 15.2m (Fig. 1).

Tous les athlètes ont réalisés chaque test deux fois avec 5 minutes de récupération entre chaque test. Pour l'accélération, la vitesse et la vitesse maximale, les expérimentateurs ont mesuré le temps nécessaire pour parcourir chaque distance à l'aide d'un chronomètre manuel.

Durant les 4 semaines d'entraînement, les deux groupes ont continué de s'entraîner normalement (i.e., 2 entraînaments hebdomadaires), à la seule différence que le groupe "Élastique" réalisait en plus à chaque séance des exercices de déplacements spécifiques hockey (e.g., V-Start, Crossover, patinage en arrière, etc.) avec une bande élastique de 3 mètres de longueur (la résistance fournie par l'élastique n'est pas connue), attachée à leur taille. Chaque déplacement ne dépassait pas 9 mètres et pour chaque exercice, les jeunes hockeyeurs effectuaient 5 répétitions. Ce bloc lié aux déplacements avec résistance élastique durait environ 15 minutes à chaque séance.

Evolution de l'accélération, de la vitesse et de la vitesse maximale après 4 semaines d'entraînement pour le groupe Contrôle et le groupe Élastique.

Figure 2. Évolution de l'accélération, de la vitesse et de... (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Résultats & Analyses

Les principaux résultats de cette étude montrent que seul le groupe "Élastique" a amélioré significativement ses temps sur 44.8m (- 4.2 %), ce qui correspond à la vitesse, et sur 15.2m (- 5.7 %), ce qui correspond à la vitesse maximale. Cependant, ces hockeyeurs n'ont pas amélioré significativement leur accélération sur 6.1m (- 3.4 %). Inversement, le groupe Contrôle n'a pas amélioré ses temps sur 44.8m et 15.2m mais s'est amélioré significativement au niveau de l'accélération (- 5.9 %) (Fig. 2).

Bien que spécifiques au hockey sur glace, ces résultats sont en accord avec les différentes données de la littérature scientifique : il est possible d'améliorer la vitesse de déplacement grâce à un entraînement en sprints avec résistance élastique.

La bande élastique fournit une résistance progressive durant le déplacement permettant ainsi aux athlètes de démarrer sans fortes contraintes et de conserver une bonne cinématique de patinage. À mesure que l'athlète évolue, la résistance augmente nécessitant de sa part un effort supplémentaire pour terminer le déplacement. Il est toutefois possible que le manque d'amélioration significative lors de la phase d'accélération soit du à une tension pas assez forte dès les premiers coups de patins. Les auteurs de l'étude reconnaissent que le placement du joueur par rapport au point d'attache de l'élastique aurait peut-être du être différent (i.e., plus de tensions dès le départ du déplacement). Il serait judicieux de reproduire cette étude avec des joueurs adultes de haut-niveau afin de mieux observer les bénéfices qui pourraient découler de ce type d'entraînement.

Il est important de noter que la mesures des temps a été réalisée manuellement. Pour une plus grande fiabilité, il aurait été préférable de réaliser ces chronométrages à l'aide de cellules photoélectriques.

Applications pratiques

Cette étude suggère que l'utilisation d'une résistance élastique lors d'exercices de déplacements spécifiques au hockey sur glace permettrait d'améliorer la vitesse de déplacement sur glace chez de jeunes hockeyeurs. Bien que ces résultats restent à démontrer chez une population de haut-niveau, cette méthodologie d'entraînement semble être une solution supplémentaire pour l'amélioration des qualités d'explosivité des hockeyeurs.

N'hésitez pas à poser toutes vos questions et à discuter de cet article sur notre forum.

Références

  1. Janot JM, Auner KA, Emberts TM, Kaatz RM, Matteson KM, Muller EA and Cook M. The effects of BungeeSkate™ training on measures of on-ice acceleration and speed. Int J Sports Physiol Perf In Press

Nous vous rappelons que vous pouvez citer les articles sous réserve de limiter votre citation à 200 mots maximum et d'inclure un lien nominatif vers celui-ci. Tout autre utilisation, en particulier la copie en totalité sur un forum de discussions, sur un site internet ou tout autre contenu, est strictement interdite.