Logo Sciences du sport

Informations sur les Sciences de l'Entraînement Sportif

Développement d’un protocole de tests pour les surfeurs

par A. Manolova | 23 Juillet 2013

surf, compétition, sport, aquatique, eau, vague, mer, océan, tests, protocole, batterie, évaluation, sportive, performance, surfeur, surfeurs, surfeuses, force, isométrie, puissance, endurance, vitesse

Pratique culturelle et sportive, le surf est un sport aquatique particulièrement apprécié de part le monde, et qui touche un public à la fois féminin et masculin, de tout âge. Comme nous vous l'expliquions dans un article précédent, la compétition a pris une place importante dans ce sport avec un nombre de licenciés en constante augmentation. Environ 69 pays sont représentés au sein de l'International Surfing Association, et 30-35 de ces fédérations participent aux championnats du Monde, chaque année.

Des tests pour mieux orienter le travail en surf

Figure 1. Des tests pour mieux orienter le travail en surf.

Les compétitions voient s'affronter entre 2 et 4 surfeurs simultanément à chaque tour. Les critères de réussite sont basés sur le choix de la vague et la difficulté des techniques démontrées. Le meilleur surfeur peut alors passer au tour suivant, jusqu'au quart-, demi- et final. Les conditions climatiques influencent fortement l'activité, notamment le temps passé à surfer et à pagayer avec les bras (paddling). Surfer la vague représente environ 4% du temps total, tandis que pagayer représente environ 51.5% et l'attente, assis sur sa planche, environ 42.5 %.

Les surfeurs rament généralement sur des durées courtes, 1 à 20 secondes, à de fortes intensités pour prendre les vagues qu'ils souhaitent. Ces sprints permettent également de mieux se positionner par rapport à ses concurrents et de prendre chaque vague avec une vitesse de glisse importante. De plus, une fois debout sur la planche, l'enchaînement des figures nécessite à la fois une forte coordination musculaire, un bon équilibre et une force importante, notamment au niveau des membres inférieurs. Pourtant, aucun protocole de tests fiable n'a été mis en place pour évaluer les surfeurs et optimiser leur entraînement...

L'étude réalisée

Pour tenter de palier à cette lacune, avec l'aide d'entraîneurs, des chercheurs australiens ont développé et évalué la fiabilité et la validité un protocole de tests visant à quantifier les qualités physiques de surfeurs de haut-niveau.

Pour cela, 44 surfeurs, compétiteurs juniors (16 ans de moyenne d'âge) ont participé à cette étude. Parmi ces sportifs, 22 surfeurs étaient de niveau international (Groupe Elite) et faisaient partis de l'équipe nationale, tandis que les 22 autres possédaient un niveau national (Groupe National). Pour s'assurer de la fiabilité des mesures, le groupe Elite a réalisé les tests plusieurs fois, et pour s'assurer de la validité des mesures et de leur capacité à discerner les capacités des athlètes du groupe Elite et de ceux du groupe National, les performances entre les deux groupes ont été comparées. Tous les surfeurs ont réalisé différents types de test :

    • Anthropométrie :
    • Masse corporelle et hauteur
    • Somme de 7 plis cutanés : triceps, biceps, sous-scapulaire, supra-iliaque, abdominal, cuisse et mollet.
    • Force et puissance des membres inférieurs :
    • Squat Jump : voir la définition
    • Mid-Thigh Pull : Tirage vertical isométrique avec la barre au niveau des cuisses en position de départ.
    • Sprint et Endurance de rame : (Réalisés en piscine extérieure de 25m sur leur planche de compétition)
    • Sprint : Les surfeurs devaient réaliser 2 sprints de 15m. Les temps à 5 et 10m et la vitesse maximale étaient également enregistrés.
    • Endurance : Sur une distance de 20m, les surfeurs ont réalisé des allers-retours pour parcourir 400m.

Résultats & Analyses

Les principaux résultats de cette étude montrent que les tests choisis ont une erreur de mesure statistique très faible. Cela signifie que ces tests seraient suffisamment sensibles pour détecter les faibles changements dus à l'entraînement. Concernant la validité de ces tests, les mesures obtenues permettent de discerner les capacités physiques des deux groupes. Ainsi, la batterie de tests démontre que le groupe Elite obtient des scores significativement supérieurs à ceux du groupe National, pour la force isométrique en Mid-Thigh Pull (Fig. 2). Et concernant l'anthropométrie, les surfeurs Elite ont une masse grasse sous-cutanée significativement inférieure à celle des surfeurs du groupe National, pour une masse et une taille identique (Fig. 3). Ce qui impliquerait une masse musculaire plus importante.

Résumé des tests anthropométriques

Figure 3. Résumé des tests anthropométriques...(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Résumé des tests de force et de puissance

Figure 2. Résumé des tests de force et de puissance...(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Concernant les tests réalisés en piscine (Table 1), les résultats indiquent que le groupe de surfeurs Elite possède de meilleures qualités de sprint et d'endurance pour ramer. Ces résultats démontrent également que ce type de tests peut permettre de différencier les niveaux des surfeurs.

Table 1. Comparaison des résultats entre deux groupes de surfeurs de niveaux différents sur des aptitudes aquatiques de surf.
Groupe Elite Groupe National
Sprint Paddle
5m (s) 3.96 4.35*
10m (s) 7.08 7.69*
15m (s) 10.23 11.04*
Vitesse maximale (m·s-1) 1.66 1.53*
Endurance Paddle
400m (s) 324 360*
Vitesse moyenne (m·s-1) 1.17 1.11*

Applications pratiques

Cette étude permet d'apporter des éléments afin de construire et de rationnaliser une batterie de tests valide et fiable qui permettrait à chaque entraîneur d'évaluer ses sportifs et de connaître les qualités physiques à améliorer. Ainsi, pour une même classe d'âge, les meilleurs surfeurs possèderaient une force des membres inférieurs supérieures, une masse musculaire corporelle plus importante, et de meilleures capacités pour pagayer avec les bras (sprint et endurance).

Malgré la bonne sensibilité statistique de ces tests, et donc de leur capacité théorique à détecter les changements obtenus par l'entraînement, le but premier de cette étude était de développer cette batterie de tests. Il reste donc à savoir si en situation réelle, ces tests seraient suffisamment sensibles pour permettre de quantifier les gains liés à l'entraînement des surfeurs sur une période donnée.

N'hésitez pas à poser toutes vos questions et à discuter de cet article sur notre forum.

Références

  1. Sheppard JM, Nimphius S, Haff GG, Tran TT, Spiteri T, Brooks H, Slater G and Newton RU. Development of a comprehensive performance testing protocol for competitive surfers. Int J Sports Physiol Perf [Sous presse].

Nous vous rappelons que vous pouvez citer les articles sous réserve de limiter votre citation à 200 mots maximum et d'inclure un lien nominatif vers celui-ci. Tout autre utilisation, en particulier la copie en totalité sur un forum de discussions, sur un site internet ou tout autre contenu, est strictement interdite.