Logo Sciences du sport

Informations sur les Sciences de l'Entraînement Sportif

Évolution de la puissance au cours de plusieurs séries longues en squat

par A. Manolova | 29 Mai 2014

squat, back squat, force, musculation, puissance, fatigue, séries longues, répétitions, sport, performance, musculaire, muscle, demi-squat, évolution

La puissance musculaire est un paramètre essentiel à la performance dans de nombreuses disciplines sportives. L'entraînement de cette qualité physique est souvent une priorité. De nombreuses études montrent que pour développer cette puissance maximale, il est intéressant de s'entraîner avec une charge dite optimale qui maximise la production de puissance (voir notre article sur la Charge optimale pour la production de puissance maximale des membres inférieurs). De plus, il est généralement recommandé de travailler la puissance musculaire sur un volume faible (i.e., peu de séries et peu de répétitions) afin de diminuer l'impact de la fatigue sur l'entraînement et de conserver une production élevée de puissance au cours de l'exercice.

Cependant, l'impact de la fatigue sur la production de puissance au cours de plusieurs séries est mal connu. D'autant plus si ces séries sont considérées comme longues (i.e., supérieures à 15 répétitions). L'accumulation de la fatigue au cours d'une série impactera-t-elle sur la production de puissance à la série suivante ?

L'étude réalisée

Pour tenter d'apporter une réponse à cette question, des chercheurs américains ont évalué la production de puissance musculaire lors de plusieurs séries longues en squat chez des pratiquants de musculation. L'objectif de l'étude était d'évaluer la façon dont la puissance évoluerait au cours de l'exercice. Pour cette étude, 19 pratiquants de musculation ont participé. Leur 1RM en squat était en moyenne de 149.60 ± 23.35 kg. Le protocole consistait à réaliser 5 séries de 16 répétitions en demi-squat (i.e., angle du genou à ~90°) à 40% du 1RM. Il est important de noter que 40% est une charge choisie arbitrairement et considérée par les auteurs (sur la base de précédentes études) comme optimale pour la production maximale de puissance.

Lors d'une première session, le 1RM de chaque pratiquant était déterminé. Puis 4 à 7 jours plus tard, lors d'une seconde session, tous les pratiquants réalisaient 5 séries de 16 répétitions à 40% de leur 1RM avec 2 min de récupération entre chaque série. Durant tout l'exercice, la puissance maximale lors de la phase concentrique était enregistrée à l'aide d'un Tendo Weightlifting Analyser (i.e., un transducteur linéaire).

Résultats & Analyses

Les principaux résultats de cette étude montre que durant l'exercice de squat en séries longues, la puissance maximale ne varie pas significativement entre chaque série mais varie significativement au sein de la même série. Comme illustrée dans la Figure 1, la diminution dans chaque série de la puissance varie de 18 à 22% (variation entre la puissance maximale et la puissance minimale). Ces résultats illustrent l'impact négatif des séries longues sur la puissance musculaire. Toutefois, un repos suffisant entre chaque série semblerait permettre de conserver une production maximale de cette qualité physique.

Evolution de la production du pic de puissance moyen pour tous les participants au cours des répétions et des séries.

Figure 1. Evolution de la production du pic de puissance moyen pour tous les participants au cours des répétions et des séries.

D'après les auteurs de l'étude, la diminution observée des pics de puissance en phase concentrique au sein d'une même série peut être expliquée par 2 phénomènes : une fatigue périphérique due au grand nombre de répétition et/ou une diminution progressive de l'efficience du cycle étirement-détente, c'est-à-dire, une réduction de l'utilisation en phase concentrique de l'énergie musculaire stockée en phase excentrique. Aucune de ces deux hypothèses n'ont été testées dans cette étude, il est donc impossible d'y répondre clairement.

Le résultat étonnant de cette étude est qu'il n'y a pas de différences significatives entre les pics de puissance de chaque série. Cela indique que le temps de récupération est suffisant, et que le nombre élevé de répétitions n'impacte pas négativement sur la performance des séries suivantes.

Applications pratiques

Ainsi, cette étude démontre que plusieurs séries longues n'affectent pas la puissance maximale produite lors des premières répétitions de chaque série. Si le repos entre les séries est suffisant, ce protocole n'affecterait pas la production de puissance. Néanmoins, un grand nombre de répétition entraînera automatiquement une diminution de la puissance au cours de la même série.

Les auteurs de l'étude indiquent qu'il peut être intéressant d'intégrer de telles séries dans une séance visant le travail de la puissance maximale afin de rechercher une adaptation en endurance spécifique à la répétition d'efforts explosifs, comme le football ou le rugby. Mais il reste à savoir si ce volume d'entraînement plus important est réellement bénéfique à la performance ou si, au contraire, il peut être néfaste et augmenter le risque de blessures par une fatigue musculaire plus accrue... D'autres études devront venir confirmer ou infirmer ces hypothèses.

N'hésitez pas à poser toutes vos questions et à discuter de cet article sur notre forum.

Références

  1. Hester GM, Conchola EC, Thiele RM and DeFreitas JM. Power Output during a High-Volume Power-Oriented Back Squat Protocol. J Strength Cond Res Article in press.

Nous vous rappelons que vous pouvez citer les articles sous réserve de limiter votre citation à 200 mots maximum et d'inclure un lien nominatif vers celui-ci. Tout autre utilisation, en particulier la copie en totalité sur un forum de discussions, sur un site internet ou tout autre contenu, est strictement interdite.

Forum Sci-Sport - Venez discuter !